Welcome! You are currently on our France site. Select our United States site to find your local currency, language and product selection.
Publié le
in Stories

Jools Walker s’entretient avec Jess Fawcett d’InternationalElles

Rencontrez Jess Fawcett (@jessfaw), cycliste de l’équipe InternationElles, une équipe cycliste qui regroupe des femmes venant du monde entier, unies dans la lutte pour l’égalité et pour promouvoir le cyclisme féminin. Nous avons rencontré Jess pour discuter de l’incroyable travail d’InternationalElles, de ses espoirs pour le cyclisme et de ce qu’elle pense des vestes Brompton x Protected Species (elle en a eu un avant-goût !). 

 

jess fawcett

 

Jools : Quand avez-vous attrapé le virus du cyclisme pour la première fois? 

Jess : J’ai d’abord commencé à faire du vélo comme moyen de rééducation ! J’étais une vraie passionnée de course à pied, mais j’ai malheureusement été victime de blessures dès l’âge de 18 ans environ. J’ai commencé à suivre des cours de patinage à l’université avec un entraîneur qui était aussi passionné de triathlon. Il m’a encouragé à essayer le cyclisme sur route et, lors d’un camp d’entraînement par temps chaud où tout le monde était parti courir, j’ai loué un vélo et j’ai parcouru 80 km avec un groupe de gars choisi au hasard et dirigés par un ex-pro ! Et c’était fini : j’étais devenue accro ! 

 jess

 

Jools : Vous faites partie des InternationElles, parlez-nous de l’équipe et de sa mission.

Jess : L’InternationElles est une équipe de femmes cyclistes amateurs du monde entier qui se passionnent pour l’égalité. Sur les traces d’une équipe française dénommée Donnons des Elles au Vélo, les InternationElles sensibilisent aux inégalités dans le cyclisme féminin en bouclant tout le parcours du Tour de France avec une journée d’avance sur le peloton professionnel. 

L’année dernière, la pandémie a mis à mal l’équipe 2020 qui se rendait en France. Au lieu de cela, le groupe de 10 femmes a parcouru toute la distance du TdF en moins de 100 heures sous forme de relais, puis chacune a terminé un Everest. Pendant tout ce temps, nous avons sensibilisé les gens aux enjeux du sport (du niveau local au niveau professionnel) et espérons provoquer des changements, nous militons pour augmenter la participation des femmes, pour améliorer l’environnement de travail des pros (prix sous forme d’argent, attention médiatique, calendrier des courses) et, d’une manière générale, nous élevons le sport féminin au niveau du sport masculin.

 

 

Jools : Quels sont les différents projets que vous avez prévus pour continuer à promouvoir l’égalité dans le cyclisme ?

Jess : C’est un peu délicat en ces temps de COVID, mais nous nous entraînons toutes et prévoyons de parcourir la route du TdF cette année (croisons les doigts). Toutes les InternationElles sont actives sur les réseaux sociaux, plaidant pour le cyclisme féminin, participant à des panels, des discussions et des pelotons à vélo en ligne. Si, à l’arrivée de l’été, nous ne pouvons pas parcourir le TdF, je sais que nous allons élaborer un plan tout aussi épique pour nous assurer de poursuivre ce débat d’une grande importance. 

 

  

jess 

Jools : Quels sont vos espoirs ultimes pour le cyclisme comme discipline sportive ?

Jess: C’est un sport unique, car c’est aussi un mode de transport, donc je pense qu’il doit relever des défis que d’autres sports ne relèvent pas. Les gens ont beaucoup d’opinions sur les « cyclistes », qui englobent une foule d’individus sur une grande variété de vélos qui roulent de manières très différentes. Le côté compétitif est également très ancré dans la tradition, ce qui peut être fascinant, mais a (je crois) également conduit aux problèmes d’inégalité auxquels nous sommes encore confrontées aujourd’hui. 
J’aimerais que l’opinion générale sur le cyclisme et les cyclistes s’améliore, que les pilotes et les coureurs partagent joyeusement les routes, et que ceux qui veulent faire du vélo en compétition, quel que soit leur sexe, leur race ou leur âge, puissent le faire au mieux de leurs capacités et avec l’exposition et les récompenses correspondantes. 
 
Jools : Vous avez participé à la séance photo de Protected Species. Quelles ont été vos premières impressions concernant la veste ? Et comment s’est déroulé la séance ?

Jess : C’était tellement agréable de faire partie de ce projet, de rencontrer de nouvelles personnes et de discuter à quel point la vie est étrange en ce moment, après tant de mois de confinement à ne pas pouvoir sortir de mon petit village. C’était aussi ma première fois sur un Brompton, ce qui était formidable ! 

 "L’attention portée aux détails est excellente - avec des accessoires réfléchissants astucieux et il est clair que beaucoup de réflexion a été apportée à la coupe, de sorte qu’elle est belle en dehors du vélo, mais fonctionne parfaitement pendant que vous pédalez."

Ma première impression de la veste est qu’elle est bien trop belle pour moi !! Elle est tellement luxueuse pour une veste de cyclisme, mais elle remplit si bien sa fonction. L’attention portée aux détails est excellente - avec des accessoires réfléchissants astucieux et il est clair que beaucoup de réflexion a été apportée à la coupe, de sorte qu’elle est belle en dehors du vélo, mais fonctionne parfaitement pendant que vous pédalez. J’ai hâte de l’user une fois que toutes les restrictions auront été levées.

Découvrez la collaboration Brompton x Protected Species ici

 

jess fawcett

 

Vous pouvez en savoir plus sur Jess et le travail incroyable d’InternationElles sur leur Instagram : www.instagram.com/internationelles/

Jools Walker est une auteure, écrivaine et présentatrice de télévision reconnue. Elle milite en faveur de l’égalité dans le monde du cyclisme. Pour en savoir plus sur Jools et ses romans, consultez son blog, Velo City Girl.